On parle de l’intérim comme un idéal de flexibilité, de liberté et de solution anti-chômage dans le monde du travail. On lui attribue une bonne rangée d’avantages pratiques. Mais de quoi s’agit-il concrètement ? Quel est son véritable intérêt pour l’employé et pour l’employeur ?

Intérim : définition et caractéristiques

L’intérim est une formule d’emploi alternative au contrat traditionnel de travail permanent. Il se caractérise donc par sa durée courte, allant d’une tâche de quelques heures à une autre mission de plusieurs mois renouvelée sur quelques années.

Le travail en intérim se distingue par sa modalité contractuelle complexe. Il découle en effet de la signature de deux contrats :

  • Le contrat de « mise à disposition » permettant à une agence d’intérim de confier le travailleur temporaire à sa cliente, l’entreprise utilisatrice
  • Le contrat de mission qui embauche l’intérimaire et le lie juridiquement à l’agence intérimaire, son employeur.

Autrement dit, la gestion de l’aspect administratif, social et salarial de la vie professionnelle de l’intérimaire est de l’unique ressort de l’agence d’intérim. Tandis que la relation entre l’entreprise utilisatrice et l’employé intérimaire est uniquement d’ordre technique.

Intérim : intérêt du contrat temporaire de travail

Le principal intérêt de l’emploi en intérim est la flexibilité qu’il offre. D’abord en matière de gestion de la vie personnelle et professionnelle, l’intérimaire a la possibilité de choisir le laps de temps, ou de manière générale la part du travail dans son planning annuel. Pour l’entreprise utilisatrice, il s’agit d’une source de main-d’œuvre souple, dans laquelle elle peut puiser sans recourir aux modalités rigoureuses d’un contrat de travail classique.

D’un point de vue économique, le contrat d’intérim est une solution face au chômage, étant donné qu’il donne lieu à un mode de rémunération au moins aussi avantageux qu’un contrat ordinaire (avec en sus une indemnité de fin de mission à chaque fois). Mais il garantit aussi, pour l’entreprise utilisatrice, un moyen de réduire les dépenses en matière de recrutement de nouveaux employés : pas de paperasses, questions salariales externalisées, etc.

Grâce à l’entrée en jeu d’une agence d’intérim comme intermédiaire efficace, chacun gagne du temps tant dans la recherche de travail d’un côté, que la recherche de compétences confirmées d’un autre côté.

Modalités de rupture d’un contrat d’intérim

Il faut noter que toute suspension ou rupture de la mission induit celle du contrat d’intérim, avec toutes les conséquences que cela emporte. A noter toutefois qu’en cas de suspension du contrat pour arrêt maladie ou accident du travail, l’intérimaire bénéficiera toujours de ses allocations.

En ce qui concerne la rupture d’un contrat d’intérim, tout est fait pour que cette situation soit le moins récurrente possible. Cette possibilité est donc limitée à quelques motifs :

  • En cours de la période d’essai, l’entreprise utilisatrice peut demander un autre intérimaire plus compétent
  • Le cas de force majeure consiste en un phénomène exceptionnel, imprévisible et irrésistible, qui ne peut conduire qu’à la rupture
  • La faute grave du salarié
  • La signature d’un contrat en CDI par le salarié intérimaire.

Ce lien donne accès à toutes les informations concernant les droits et les contraintes liées au travail en intérim.